• Yoseikan Kempo

     

    Le yoseikan kempo correspond à la partie qui étudie les atémis (toutes les formes de percussions) et les projections du yoseikan budo. Elle développe la puissance physique, l’endurance, le timing (les sensations) et l’efficacité dans le combat à mains nues.

    Les techniques de frappes sont issues des recherches de Me Hiroo Mochizuki en karaté (shotokan et wado ryu), en boxe française et en boxe anglaise, tandis que les projections sont un héritage du judo et du ju-jutsu. Me Mohizuki a développé dans l’apprentissage de ces techniques la notion d’onde de choc, augmentant ainsi la puissance des coups et des techniques.

    Dans un combat, le yoseikan budoka utilise tour à tour des techniques de frappes, de projection, de clé ou d’immobilisation, en fonction de la situation : type d’attaque, distance, gabarit et style de l’attaquant, timing… La variété technique est ainsi augmentée.

    Pour expérimenter les techniques étudiées en situation de combat, ce qui introduit les notions de mouvement, d’imprévisibilité et d’énergie cinétique, les yoseikan budokas pratiquent différentes formes de combat.

    Le « randori d’entraide » (ou kyoei randori) est une forme de combat qui repose sur l’entraide mutuelle. Les pratiquants combattent de façon fluide et laissent certaines opportunités à l’autre, ce qui est une façon de lui poser une question. Sa réponse – sous forme de blocage, contre-attaque, clé ou projection – est à son tour une question. Cette forme de randori est celle développée par Me Jigoro Kano en judo, « entraide mutuelle ».

    Source : http://yoseikan-geneve.ch/le-yoseikan-budo/les-styles/yoseikan-kempo


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :