•  

    Trois personnalités fascinantes sont à l'origine des arts martiaux japonais, partie intégrante de notre univers sportif et culturel : Jigorô Kanô (fondateur du judo), Gichin Funakoshi (père du karate-dô japonais) et Morihei Ueshiba (fondateur de l'aïkido). C'est l'aventure de ces samouraïs des temps modernes, à cheval entre deux siècles, dans un Japon en mutation, que nous raconte l'auteur avec la rigueur de l'historien et l'enthousiasme du pratiquant. Voici l'histoire de leur vie, de leurs épreuves personnelles et de l'accomplissement d'un destin merveilleux.

     

    Source : 4éme de couverture du livre.


    votre commentaire
  •  

    Budo l’esprit des arts martiaux, est une œuvre majeure en ce qu’elle résulte de toute une vie d’expérience intenses vécues auprès des plus grand maîtres d’arts martiaux. Michel Coquet est avant tout un pratiquant de Budo traditionnel. Près de quarante années de pratique et d’enseignement, dont cinq passées au Japon, lui ont permis d’accéder à un grade élevé dans les disciplines majeures du Budo telles que le Kyudo, le Iaï jutsu, l’Aïkido et le Karatédo.

    Instruit aux sources les plus pures, l’auteur a eu le privilège de nombreuses rencontres avec d’éminents experts et quelques maîtres.

    Sa démarche étant fondamentalement spirituelle, sa quête l’a conduit vers les philosophies nipponnes dont il a assidûment pratiqué les techniques, qu’il s’agisse de la voie magique des ascètes du Shugendo, des pratiques tantriques du Shingon ou de la contemplation zen.

    Aujourd’hui son espoir, en écrivant BUDO l’esprit des arts martiaux, est de contribuer à réanimer la flamme de la pure tradition Budo, dont le dessein ultime demeure « la réalisation du Soi ».

    BUDO l’esprit des arts martiaux, n’est donc pas une étude intellectuelle exhaustive, mais une invitation à mettre en pratique, dans la discipline de son choix, les lois et les préceptes simples et efficaces connus des anciens, afin de parvenir à une métamorphose profonde de l’être.

    Le Budo n’est pas synonyme d’opposition ou de compétition, car la liberté qui découle de cette philosophie ne s’acquiert que pas la bienveillance et la détachement du fruit des actions. BUDO l’esprit des arts martiaux veut contribuer à poser une pierre de plus à l’édifice de la Vérité.

    Source : 4éme de couverture du livre.

     


    votre commentaire
  •  

    Michel Random est écrivain, photographe et journaliste international. II a sillonné le monde à la recherche de confréries religieuses et ésotériques derviches, bouddhistes, shintoïste. De son voyage au Japon en 1968, il ramène un film et une myriade de photos des plus grands maîtres d'arts martiaux qui jusque-là avaient refusé de se faire filmer. La qualité de l'homme a su faire infléchir la décision des experts les plus retissant. Doublant la prise de vue photographique d'un tournage cinématographique, il revient du pays du soleil levant avec deux projets : éditer le plus beau livre jamais réalisé sur les arts martiaux japonais et réaliser un film, reportage sur ces écoles méconnues qui font l'âme de la tradition japonaise, qui ferait découvrir au public occidental toute la beauté du budô.

     

    Résumé :  Édité en français dans les années soixante-dix, traduit en anglais, épuisé dans les deux langues après quelques années d'exploitation, ce livre était jusqu'à ce jour introuvable. Quant au film, bien que diffusé à la télévision et lors de festivals, il ne fut jamais édité en ovo. Nous sommes fiers de pouvoir offrir au public ces deux oeuvres majeures sur l'art du combat japonais 

     

     

    "A notre époque qui se veut hors des sentiers battus, le BUDO est considéré à tort comme un sport ou un ensemble de disciplines dont le but est la compétition. Nous allons nous efforcer brièvement de définir ce qu'est le BUDO et l'ESPRIT qui doit l'animer. Nos références et citations, sont, en partie, extraites d'un remarquable ouvrage dont nous recommendons la lecture : "Les Arts Martiaux ou l'Esprit du Budo" par Michel random."

     

     

    Videos :

     

    http://www.dailymotion.com/relevance/search/les%2Barts%2Bmartiaux%2Bdu%2BJapon/video/x7g2z1_arts-mariaux-du-japon-part1_sport

     

     

    http://www.dailymotion.com/relevance/search/les%2Barts%2Bmartiaux%2Bdu%2BJapon/video/x7g3jc_arts-mariaux-du-japon-part2_sport

     

     

    http://www.dailymotion.com/relevance/search/les%2Barts%2Bmartiaux%2Bdu%2BJapon/video/x7g3wa_arts-mariaux-du-japon-part3_sport

     

     

    http://www.dailymotion.com/relevance/search/les%2Barts%2Bmartiaux%2Bdu%2BJapon/video/x7g7n1_arts-mariaux-du-japon-part4_sport

     

    Source : 1ere page du livre

     


    votre commentaire
  •  

    Mis au point par les maîtres samouraïs ou inspirés des méthodes de défense des moines et des paysans, les arts martiaux ne se sont jamais réduits à des techniques de combat. À l’image de l’art du thé ou de l’arrangement floral, ils ont été conçus comme des disciplines d’éveil et de maîtrise de soi. L’arc et le sabre, entre autres armes redoutables, sont ici employés contre le seul ennemi qui vaille : l’ego. Michel Random, l’un des meilleurs connaisseurs de l’art et des traditions du Japon, nous conte les exploits édifiants de ces maîtres aux prises avec des disciples impétueux. Riches en humour et en merveilleux, ces récits sont avant tout porteurs d’une profonde sagesse.

     

     

    Source : 4éme de couverture du livre.

     


    votre commentaire
  •  

    « Le sabre perça l'air avec le bruit sec d'une corde d'arc, et un cri foudroyant remplit l'espace vide... Un énorme soleil rouge jaillit en flammes au-dessus du Higashiyama... Fasciné, vibrant de vie, Musashi le regardait monter... Son sang parut sur le point de jaillir de ses pores. On eût dit le diable même, surgi de l'enfer.» Dans le Japon du XVIIe siècle, Miyamoto Musashi, jeune homme fougueux, n'aspire qu'à se battre. Recherché dans tout le pays, il est recueilli par un moine et n'a bientôt plus qu'un but : tendre à la perfection grâce aux arts martiaux. Son sabre sera désormais serviteur du bien. Il ira de combats en conquêtes à la recherche d'amour et de sagesse, épaulé par le chant de sa tendre Otsu. Un grand classique du récit initiatique qui marie amour, aventure et quête de soi.

     

     

    Source : 4éme de couverture du livre.

     


    votre commentaire