• KATACHI

     

    Katachi

     

    Ils composent les arts en intégrant leurs principes et leurs techniques. Par leur pratique on fortifie notre esprit en accroissant nos qualités physiques et techniques. De tout temps les maîtres d’arts martiaux s’en sont servis pour transmettre intact leur art, génération après génération. Ils sont souvent l’expérience d’un combat vécu, d’une illumination ou d’un principe de vie. Sans eux les arts martiaux n’existeraient pas . Ils sont les gardiens d’une tradition d’un autre temps, mais leur compréhension permet faire de nous de redoutable combattants. On les appelle katas, tao, quyen ou poom-se et ils sont présents dans tous les arts martiaux.

    Quant on entame l’étude d’un art martial on y fait rapidement référence afin de pouvoir commencer leur pratique de conne heure. Ceci afin d’acquérir de la coordination et une bonne forme de corps. De nombreux ouvrages leur sont consacrés et on parle de leurs bienfaits dans la pratique. Or, chose étrange, à propos du premier art martial introduit en France on y fait très peu référence et leur étude ne commence que pour l’obtention du 1er dan. Pourtant les katas existent en judo et ils sont tout aussi importants que dans les autres arts martiaux. Pourquoi cette lacune ? Est-ce dû à une pratique trop sportive qui fait du judo un sport de combat et qui nous fait oublier son origine martiale ?

    Les katas apportent énormément à celui qui cherche l’efficacité première du judo. Ils permettent une évolution personnelle dans le combat grâce à leur compréhension. Ils sont « l’âme » du judo. Sans eux le judo ne serait rien d’autre qu’un sport de lutte. Apprenez-les, travaillez-les et comprenez-les. Celui qui étudie sincèrement les katas verra tout son judo bouleversé et acquerra la véritable efficacité en combat et dans la vie.

    En effet, les katas ont un rôle extrêmement important car ils agissent à la fois sur notre corps (taï), sur notre technique (gi) et sur notre esprit (shin). Chacun des onze katas de judo nous permet d’améliorer différentes capacités. Certains améliorent notre souplesse du corps ou de l’esprit, d’autres nos déplacements et notre force et même, à niveau plus élevé, ils nous permettent de faire « un » avec l’univers. Mais les katas sont avant tout un lien avec le passé, un lien avec l’origine du judo et du jujitsu, ils nous rappellent que le judo est un art martial ; loin des tournois et des compétitions cette peut, un jour, nous sauver la vie face à une situation réelle, sans règle et sans arbitre.

    Ils sont aussi les gardiens d’une tradition qui s’oublie de jour en jour, car dans leur pratique on retrouve non seulement l’étiquette que doit avoir tout budoka, mais aussi une technique originelle que n’a pas été altérée par le côté sportif du judo.

    Les techniques des katas sont celles de maître Kano. A la fois gardien d’une tradition (Koshiki no Kata), d’une réalité de la vie (Kime no Kata et Joshi Judo Goshinho), d’un développement physique et technique (Randori no Kata et Seiryoku Zen’yo Kokumin Taiiku no Kata), d’un principe de vie (Ju no Kata) et d’une élévation spirituelle (Itsutsu no Kata). Les connaître c’est maîtriser le judo, et les comprendre c’est évoluer dans le judo et dans la vie. Car il ne faut pas oublier que le judo est avant tout un principe de vie.

     

     

    Source : Livre Judo okuden, les secrets de l’efficacité de Loïc Blanchetête.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :