•  

    The Art Of Peace - Morihei Ueshiba

    As soon as you concern yourself with the good and bad of your fellows, you create an opening in your heart for maliciousness to enter. Testing, competing with, and criticizing others weaken and defeat you.

    Teachings of Minoru Mochizuki

    Flexibility overcomes stiffness.

    Please think during practice.

    Seiza is the proper sitting posture and breathing to clear the mind of distractions, and prepare a sharp and clear state of mind for what is coming next.

    Bowing (rei ho) is the way to express our respect to others. Our existence is nothing without the existence of others. Society is based on this principle. It properly sets the mind for complete and intensive training with the common understanding that all are to respect the established rules.

    I have retained three things from my work with Ueshiba Sensei: living free, not imposing anything on others, and knowing how to give.

    Whether in life or in the study of the martial arts, everything is a question of balance. When we learn a technique, we receive, when we teach it, we give. When we give, we therefore don't lose anything, because in return, if our gift is sincere in our spirit, we always learn a truth.

    We must visit the world to evolve. In this way, we understand that the martial arts do not belong to any nation and that experience comes from sharing with others. 

     

    Source : http://jiseikan.org/articles/quotesfromourteachers/

     


    votre commentaire
  •  

    « La science du combat ne devrait s’appliquer qu’à nous même, ce n’est qu’alors que nous pourrons faire l’expérience de la félicité suprême »

    Réplique du Maître du film BALCK BELT

     


    votre commentaire
  •  

    Par définition "l'art martial" n'a pas de frontière, ni de limite, ce qui implique la notion de liberté, de création, d'évolution, d'harmonie, de responsabilité, d'amitié, de respect des valeurs, d'aptitude et d'habilité à faire quelque chose......

    A partir de bases solides, structurées et bien éprouvées, il peut y avoir de constantes adaptations que ce soient aux circonstances, aux morphologies, à la dangerosité, à la paix et la fraternité, et ce, dans un contexte qui peut être conflictuel.

    Les arts martiaux pratiqués aujourd'hui, visent à aider le pratiquant à devenir respectueux, plus généreux, plus ouvert aux autres et à acquérir plus de maîtrise de soi.

     

    Sport de combat : Cette définition concerne des athlètes jeunes, en possession de tous leurs moyens physiques, et implique des exercices spécifiques se présentant sous forme de jeux individuels soumis à des règles bien précises donc des COMPETITIONS, Championnats divers, avec attributions de médailles, de coupes, etc....

    Les sports de combat ne peuvent, donc, en aucune manière, être qualifiés d' "Arts Martiaux".....

    Il convient de bien distinguer deux catégories :

    1) AMATEUR

    2) PROFESSIONNEL

    "Le drame, c'est que nous vivons dans une société basée sur la compétition... ce qui est pour moi un contresens absolu. Etre en compétition avec l'autre, c'est vouloir le dépasser, être meilleur que lui, alors que l'important, c'est d'être meilleur que soi.

    On confond la compétition, qui est la lutte contre l'autre, avec l'émulation, bien plus passionnante, car elle traduit la lutte contre soi en s'aidant des autres....

    Tout l'objectif d'une vie, c'est se construire non pas en regardant les autres comme des ennemis, mais comme des aides."

    "La compétition n'a aucun sens, c'est le mal de notre société"

    Albert JACQUART

     

    Je conseille fortement la lecture du livre de Jacques PERSONNE, Professeur d'Education Physique et Sportive, préfacé par le Professeur Jacques VILLIAUMEY, édité en 1987 chez DENOËL à Paris et qui reste toujours d'actualité.

    "aucune médaille ne vaut la santé d'un enfant"

    Ce livre de 276 pages fait état des observations, études et déclarations de nombreux médecins du sport, entraîneurs, éducateurs, journalistes et champions français - étrangers.

     

    Concernant la transformation des Arts Martiaux traditionnels, en activité sportive, donc avec compétition, Mochizuki Sensei était totalement opposé à cette idée. Il pensait que, le jour où les arts martiaux japonais seront devenus des sports, ils seront morts.

     

    EXTRAIT D'UN INTERVIEW FAIT A SHIZUOKA EN 1982

    "les sports mettent l'accent sur l'amusement de gagner et de risquer de perdre et même l'aspect d'éducation physique prend une importance secondaire. Ils sont complètement dépourvus d'une formation de la personnalité, ce qui n'est pas le cas des disciplines martiales. Si le fleuve des Arts Martiaux japonais venait se perdre dans la mer des activités purement sportives, il serait sans le moindre doute pollué de façon irrémédiable avant d'avoir fait 100 mètres.

    KANO Sensei et UESHIBA Sensei insistaient tous les deux sur le fait que les Arts Martiaux ne devaient pas devenir des sortes de jeux. Si l'Aïkido et le Judo deviennent, un jour, partie intégrante du monde des sports, (argent, dopage, accidents, course aux médailles....), ils seront certainement détournés de leur fonction initiale et deviendront des sortes de jeux qui généreront des vainqueurs et des vaincus, des forts et des faibles. Leur intérêt comme méthode de formation spirituelle et de développement harmonieux de la personnalité disparaîtra. Ce sera l'extinction des Arts Martiaux. C'est très satisfaisant de voir que les Arts Martiaux japonais s'étendent au monde entier mais il ne faut pas qu'ils soient pervertis par l'esprit de compétition et de jeux.

    UESHIBA Sensei et KANO Sensei avaient en commun le concept de Wa No Seishin (Esprit d'Harmonie). Cela impliquait un développement simultané de soi et de l'autre, vous et votre partenaire faisant ensemble des progrès. En matière de sports, cependant, la situation est très différente. Il faut écraser son adversaire et apparaître comme le seul vainqueur. C'est le principe des sports de compétition et ça ne marchera jamais. Cette mentalité compétitive risque de provoquer la fin du monde car elle ne tient aucun compte de l'esprit de coopération et de préservation de l'humanité.

    Les  Arts Martiaux doivent lourdement insister sur le développement des qualités morales, surtout chez les jeunes. Une situation qui peut conduire à la délinquance existe quand un jeune quitte l'équipe sportive dont il est membre et cesse de voir ses amis. Les entraîneurs ne sont intéressés que par les membres actifs du groupe et par leur capacité de gagner. Ils ne font généralement pas attention à ceux qui s'en vont, car la victoire seule a pour eux une importance. Dans les sports il n'y a aucune place pour les faibles et les incompétents. Personnellement, je souhaiterais plutôt voir certains sports se transformer en arts martiaux, afin qu'ils s'intéressent un peu plus au développement spirituel et à la prévention de la délinquance.

    Si vous parlez d'amour, alors, il vous faut introduire le concept opposé de haine, tandis que si nous parlons d'harmonie, nous introduisons aussi la notion de raison. L'amour est une émotion qui ne peut pas existé seule. Il doit être fermement soutenu par une étiquette correcte. (REIGI). L'amour doit s'accompagner d'un comportement convenable. A notre époque, l'étiquette a cédé le pas aux émotions brutes. En d'autres termes, nous devons nous entraider. Le concept de seulement "TOI et MOI" est incorrect. L'harmonie est un mariage de l'émotion avec la raison ; c'est sa nature. Les arts martiaux enseignent l'étiquette et la raison. Le moyen de diriger son esprit est aussi découvert grâce à ses disciplines. Dans les pays étrangers, ces valeurs étaient enseignées dans les églises."

     

    CONCLUSION

    Concernant la pratique des Arts Martiaux et de l'Aïkido-Jiujitsu en particulier, ce qui me différencie de la plupart des autres professeurs, c'est que j'ai eu la chance à la fois, d'enseigner et transmettre les fondamentaux et techniques en écrivant 2 livres sur ce sujet. Mais c'est surtout d'avoir pu, sur tous les terrains allant de "videur de boite de nuit" au "commando des 3 armes", en passant par "les forces de l'ordre" et "la garde rapprochée de personnalités", etc.... mettre ainsi en valeur les multiples facettes et possibilités de l'Aïkido-Jiujitsu.

    Ceci m'a permis, entre autre, de définir "ma méthode des 5 niveaux" et de mettre en exergue concrètement les 4 principes de cet art martial :

    SIMPLICITE, EFFICACITE, CONTROLE, RESPONSABILITE

    en l'enrichissant et en l'adaptant sans cesse aux réalités de la société actuelle, et ce, aussi bien dans la vie privée, professionnelle et sportive.

     

    Ayant 77 ans en 2009, de santé fragile, très encouragé et soutenu par mes amis, je suis heureux d'avoir laissé une trace de mes 63 ans d'études, de pratiques et d'enseignements des Arts Martiaux et en particulier de l'Aïkido-Jiujitsu, créée dans les années 50 par Minoru MOCHIZUKI Meijin,  titre décerné par la famille impériale du Japon et reconnue dans le monde entier (voir sa biographie).

     

    Est en particulier, Shizuya SATO Sensei, Chief Director IMAF JAPON qui a bien connu et respecté Minoru MOCHIZUKI Meijin pour son oeuvre, et qui m'a félicité, à la fois,  pour mon parcours et mes deux livres.

     

    Actuellement, beaucoup trop "de soi-disant maîtres" confondent encore les arts martiaux avec les sports de combats. Je ne veux pas polémiquer, mais seulement former le souhait que l'Aïkido, tous styles confondus :

     

    ·         apporte l'Amour et non la dissension,

    ·         que le professeur soit libre d'enseigner de la manière qu'il conçoit,

    ·         que l'élève soit libre de choisir l'enseignement qui lui plaît.

     

    Que devient l'Amour universel prêché par les Hauts Sensei KANO, UESHIBA, MOCHIZUKI etc....   et que devient le Monde conçu comme une seule et même famille ?...............

    Source : http://falourd.pagesperso-orange.fr/Arts%20Martiaux%20sports.htm

     


    1 commentaire
  •  

    Comment définir un Art Martial ?

    L'adjectif "martial" est dérivé du dieu latin Mars, dieu de la guerre. Art Martial pourrait donc se traduire ainsi : "Art de la guerre".

    Un art martial apporte l'enseignement d'une technique de combat, la connaissance et la maîtrise de soi. On retrouve systématiquement dans chaque art martial un apprentissage et un développement philosophique et spirituel. L'art martial dans son sens "originaire" est empreint d'un certain nombre de rites venus d'un lointain passé, d'un héritage culturel qui va au-delà d'une simple pratique physique.

     

    De manière littérale, "art martial" symbolise toute discipline utilisée pour le combat, afin d'attaquer et se défendre. Cependant le terme art martial et fréquemment et populairement utilisé pour désigner une origine à dominante asiatique. La définition la plus commune donnée aux arts martiaux est bien souvent : "Sports de combats traditionnels d’Extrême-Orient". Une définition qui n'est pas des plus justes !

    Ce qui caractérise un art martial est son absence de compétition. La compétition va à l’encontre de tout ce qu’un art martial tente d’inculquer, la seule vraie compétition qui existe dans l’art martial, c’est la compétition avec soi-même. Le judo ou le karaté ne sont ils pas des arts martiaux ? Voici un bien grand débat....

    Source : http://www.club-combat.com/definition-art-martial

     


    votre commentaire
  •  

    « Connaître les autres, c'est sagesse. Se connaître soi-même, c'est sagesse supérieure. Imposer sa volonté aux autres, c'est force. Se l'imposer à soi-même, c'est force supériere ».

    Lao Tseu

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique